Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog photo citations de Beïla Brune

Poème sur le désastre...

13 Mars 2011 , Rédigé par Beïla Brune

O malheureux mortels ! ô terre déplorable !
O de tous les mortels assemblage effroyable !
D’inutiles douleurs éternel entretien !
Philosophes trompés qui criez : « Tout est bien » ;
Accourez, contemplez ces ruines affreuses,
Ces débris, ces lambeaux, ces cendres malheureuses,
Ces femmes, ces enfants l’un sur l’autre entassés,
Sous ces marbres rompus ces membres dispersés ;
Cent mille infortunés que la terre dévore,
Qui, sanglants, déchirés, et palpitants encore,
Enterrés sous leurs toits, terminent sans secours
Dans l’horreur des tourments leurs lamentables jours !
Aux cris demi-formés de leurs voix expirantes,
Au spectacle effrayant de leurs cendres fumantes,
Direz-vous : « C’est l’effet des éternelles lois
Qui d’un Dieu libre et bon nécessitent le choix ? »
Direz-vous, en voyant cet amas de victimes :
« Dieu s’est vengé, leur mort est le prix de leurs crimes ? »
Quel crime, quelle faute ont commis ces enfants
Sur le sein maternel écrasés et sanglants ?
[...]
Tranquilles spectateurs, intrépides esprits,
De vos frères mourants contemplant les naufrages,
Vous recherchez en paix les causes des orages :
Mais du sort ennemi quand vous sentez les coups,
Devenus plus humains, vous pleurez comme nous.
Croyez-moi, quand la terre entr’ouvre ses abîmes,
Ma plainte est innocente et mes cris légitimes.

...de Lisbonne

Voltaire, 1756

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Mina/Jacqueline 17/03/2011 21:31


est ce que le seisme de Lisbonne fut aussi fort????
il faut que j'aille me renseigner...


Beïla 18/03/2011 10:11



Une terrible catastrophe, en tout cas (l'article de Wikipédia, par ex., est ici).



Gabian 13/03/2011 17:02


Visions d'Apocalypse qui nous viennent de terres lointaines...L'émotion n'en est pas moins forte...Quand la Nature frappe aussi farouchement, sauvagement...Que deviennent alors les "conquêtes" de
l'Homme ? Après, nous pouvons pleurer, crier notre désespoir...Rien de plus, sinon aider...aider ceux qui ont survécu parce que nous avons eu connaissance de leurs tragédies...Mais le tragique est
notre présent quotidien et nous ne voulons pas le voir...Sous des formes différentes...Moins visibles, plus obscures...Ce poème de Voltaire est d'une justesse effarante...effrayante...Qu'a-t-il pu
voir ou entrevoir pour être si précis...