Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog photo citations de Beïla Brune

La citation du 27 juin 2010 : la mesure du temps au XVIe siècle (1)

27 Juin 2010 , Rédigé par Beïla Brune Publié dans #Chasseuse d'objets

"C'est que, de vraies horloges, il y en avait fort peu : la plupart, d'utilité publique. Rares d'ailleurs les villes qui pouvaient s'enorgueillir d'une horloge véritable, sans sonnerie, ou, grande merveille, à sonnerie comme la doyenne, celle que Charles V commanda et installa en 1370 sur la tour du Palais : elle continue à nommer notre quai de l'Horloge. [...]

Inutile de dire que ces horloges ne sonnaient pas les heures. Chaque fois que l'aiguille passait sur une nouvelle heure, une goupille fixée sur la roue motrice décrochait un levier qui mettait en mouvement un marteau faisant réveil sur un timbre. Le guetteur, averti, frappait alors à l'aide du marteau, le nombre de coups nécessaire sur la cloche du beffroi. Mais il n'était pas question d'indiquer les divisions de l'heure. Et d'ailleurs, en nombre de cas, celle-ci n'était fournie, approximativement, aux veilleurs de nuit que par des clepsydres ou des sabliers qu'ils avaient charge de retourner ; ils criaient du haut des tours les indications qu'elles leur fournissaient, et les gens du guet les répétaient par les rues. Quant aux particuliers, combien étaient-ils, au temps de Pantagruel, à posséder une « montre d'horloge » ? Leur nombre était infime, en dehors des rois et des princes. [...]

Au total, les habitudes d'une société de paysans, qui acceptent de ne savoir jamais l'heure exacte, sinon quand la cloche sonne (à la supposer bien réglée) et qui pour le reste s'en rapportent aux plantes, aux bêtes, au vol de tel oiseau ou au chant de tel autre."

Lucien Febvre, Le problème de l'incroyance au XVIe siècle

 

Dédié à Imprévus, qui m'a fait me souvenir de cet intéressant texte de l'historien Lucien Febvre...

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Gabian 28/06/2010 16:10


Dans la bonne ville de Romans ( Drôme ), i y a une tour nommée "Jacquemart"...Toutes les heures, un personnage automate sort de la tour, son marteau dans les mains et il frappe la cloche autant de
fois que nécessaire...
Le carillonneur a certainement été mis au chômage...Au profit du Jacques marteau.


Beïla 29/06/2010 13:30



 Celui de L'école des pannes de montres...?


Je connais bien ce Jacquemart-là. Ce serait drôle en effet, si quelqu'un relayait l'information du Jacquemart partout en ville, comme dans le texte...