Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog photo citations de Beïla Brune

Fenêtres (4)

14 Janvier 2011 , Rédigé par Beïla Brune Publié dans #Fenêtres

La persienne

 

A rapprocher de cela...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

zadddie 21/01/2011 19:09


joli jeu de lignes! Et en vrai blanc et noir ça donne quoi?
ps elles laissent passer la lumière mais elles éloignent les pannes d'oreiller!(du moins les beaux jours...


Beïla 22/01/2011 11:46



Pas essayé pour l'instant en "vrai" noir et blanc...


...Elles te réveillent trop tôt, tu veux dire, ces persiennes-là... Dès 5-6 heures l'été tu as trop de jour pour mon goût...!



sp 20/01/2011 23:25


À mon sens, les plus belles fenêtres ne sont pas celles que l'on voit, mais plutôt celles depuis lesquelles on voit (Non ! Je n'ai pas copié cette maxime dans les papillotes Révillon...). Dans ta
série naissante, j'avoue que celle-ci est de loin ma préférée : de ton point de vue (au sens littéral), elle donne à voir, à deviner, à ressentir, à imaginer; intime et paradoxalement lumineuse,
elle agit comme un miroir de la psyché.
Sylvain


Beïla 21/01/2011 11:14



Merci de ton commentaire, je crois que c'est lui surtout qui éclaire cette photo ! Je m'apprête à en poster d'autres, que j'ai prises de l'intérieur (j'aime bien alterner)...



Monisa 17/01/2011 11:00


Très belle photo. D'une simplicité mais tellement esthétique. Monisa


Beïla 18/01/2011 10:57



Merci... J'aime ces vieilles persiennes - à condition que ce ne soit pas dans une chambre à coucher, tout le jour passe le matin !



Imprévus 16/01/2011 14:55


Les Fenêtres / Baudelaire

Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée. Il n'est pas d'objet plus profond, plus mystérieux, plus fécond,
plus ténébreux, plus éblouissant qu'une fenêtre éclairée d'une chandelle. Ce qu'on peut voir au soleil est toujours moins intéressant que ce qui se passe derrière une vitre. Dans ce trou noir ou
lumineux vit la vit, rêve la vie, souffre la vie.

Par delà des vagues de toits, j'aperçois une femme mûre, ridée déjà, pauvre, toujours penchée sur quelque chose, et qui ne sort jamais. Avec son visage, avec son vêtement, avec presque rien, j'ai
refait l'histoire de cette femme, ou plutôt sa légende, et quelquefois je me la raconte à moi-même en pleurant.

Si c'eût été un pauvre vieux homme, j'aurais refait la sienne tout aussi aisément.

Et je me couche, fier d'avoir vécu et souffert dans d'autres que moi-même.

Peut-être me direz-vous: «Es-tu sûr que cette légende soit la vraie?» Qu'importe ce que peut être la réalité placée hors de moi, si elle m'a aidé à vivre, à sentir que je suis et ce que suis?


Beïla 16/01/2011 19:58



Merci d'avoir apposé ce si beau texte au bas de ma petite photo. Chaque mot se savoure, ici...


Bonne soirée, riche en spéculations et rêveries de toutes sortes, si possible...



christian lemenuisiart 14/01/2011 12:46


Et volet !
A bientôt


Beïla 15/01/2011 09:39



Plus volet que fenêtre, même, tu as raison...


Bonne journée Christian !